Patrimoine

Patrimoine des villages
La commune de Civray-de-Touraine, formée de plusieurs  villages éparpillés sur son territoire rural s’est constitué un riche patrimoine historique.

Dans et autour du  bourg même :

. La cuve du baptistère carolingien :
D’origine gallo-romaine, cette cuve en poterie a un diamètre de 1,21 mètre et une hauteur de 1,35 mètre. Elle a été découverte au XIXe siècle à demi enterrée dans la partie nord du baptistère. Elle est aujourd’hui conservée au Musée Archéologique de Touraine à l’Hopital Gouin à Tours. 

. L’église Saint-Germain (XIIIe) :
Les vestiges du baptistère ont été démolis au XIXe siècle. Elle est dédiée à Saint-Germain. En effet, au VIème siècle, Civray-de-Touraine était un domaine appartenant à Saint-Germain, Evêque de Paris.
Les parties les plus anciennes de l'édifice ont aujourd'hui près de 900 ans puisqu'elles datent du XIIème siècle : il s'agit de la nef et du transept. Le choeur, à chevet plat et voûte angevine, date du XIIIème siècle tout comme les trois vitraux retraçant la vie de Saint-Germain. A l'intérieur, une pierre d'autel armoriée (XVIIème siècle) provient du Donjon de Mesvres.
L'Eglise occupe l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien : on a retrouvé au XIXème siècle, les vestiges d'un baptistère carolingien (VIIIème siècle) équipé d'une cuve en poterie (un dolium) qui devait être à l'origine (IVème ou Vème siècle) une grande jarre utilisée pour le stockage du grain ; ce dolium est conservé à Tours, à l'Hôtel Gouin, musée de la Société Archéologique de Touraine. La façade a été restaurée après qu’une bombe ait endommagé l’église en 1944.
L'Eglise paroissiale fut classée monument historique en 1946.
Ouverture de l'Eglise de 9h à 18h tous les jours.

 

. Le Château de la Grillonnière :
Gentilhommière datant des XVe et XVIe siècles.

. L’Hôtel du Petit-Champ ou Logis de Diane (milieu du XVIe) :
C'est un logis flanqué d’une tour demi-cylindrique au centre de la façade ouest. Edifié par Diane de France fille naturelle d’Henri II, il devient ensuite la propriété de Louis de Valois, duc d’Angleterre, puis celle de Charles d’Escoubleau, marquis de Sourdis.
Jusqu’en 1955, il abrite la mairie et l’école.
alt

. Le Château de Civray :
Bâti en 1715 à l'emplacement d'un édifice plus ancien par le tourangeau Louis Lhomme de Pinsonnière, il fut remanié sous la Restauration et prolongé par deux petits pavillons. La propriété de 4 ha dispose d'un parc paysager.
Visite libre d'Avril à Octobre le Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi de 14h30 à 18h30 
Tel :  02.47.23.92.37


. Le Château de l’Isle,

. La Gaudionnerie,

. Le Petit Bois,

. La Fontaine Besnard, ...

Au village de Vaux :.

Le lavoir, les puits couverts en pierre de tuffeau des Hauts de Vaux et de Beauregard (rénové).

Au village de Mesvres :

. Le Donjon de Mesvres (XIIe- XVe) :
La base du donjon de Mesvres remonte au XIIIe siècle et la partie supérieure au XVe siècle.Il est entouré de bâtiments du XIIe siècle dont une chapelle. Cet édifice est privé ; mais on peut facilement le découvrir de la route.
Il est classé à l'inventaire des monuments historiques en 1932.
La Vallée de Mesvres se situe en limite ouest de la Commune, à 3 km du centre-bourg. Il s'agit d'une petite agglomération longiligne qui s'étend sur près de 2 km, le long du ruisseau du même nom, lui-même affluent du Cher. Le château occupe une position centrale dans la vallée.
Les parties les plus anciennes datent des XIIème et XIIIème siècles mais le bâtiment fut en grande partie reconstruit au XVème siècle.
On peut encore voir la massive silhouette du donjon carré, équipé d'une bretèche sur la face sud. Une chapelle (désaffectée) lui est accolée. Des restes de douves et plusieurs souterrains sont également conservés.

. Le lavoir de la Vallée de Mesvres, le puit couvert des Sablons et celui de la Chevrollière. 

Au village de Thoré :

. Le Manoir de Thoré (XIXe) :
Il a été construit à l’emplacement d’un ancien fief comportant un moulin qui relevait d’Amboise.
. Les puits couverts et rénovés de la vallée de Thoré, la fontaine et le lavoir de la Canardière.
Et quelques loges de vignes ...

Enfin sur le Cher :

. L’ensemble de la Maison éclusière et de l’écluse, datant du XIXe siècle, époque de l’aménagement du Cher en voie navigable.

PUITS ET LAVOIRS
tblons  tmess  tlavoi  tpuit     tlavoir
     



Le Cher

L'ensemble d'éclusage sur le Cher Il est composé d'un barrage, d'une écluse et de sa maison-éclusière.
On pouvait en effet remonter le Cher depuis Tours jusqu'à Saint-Aignan (Loir-et-Cher) et parvenir à Vierzon, Bourges et même Nevers par le canal du Berry. Les travaux d'aménagement remontent au XIXème siècle (le canal du Berry fut ouvert en 1828). Le barrage, haut de deux mètres est muni d'aiguilles que l'on retire en période de hautes eaux. La maison-éclusière porte les marques des deux grandes crues de mai et juin 1856.
Pendant la dernière guerre, dans l'est du département et jusqu'à Bléré, la ligne de démarcation suivait le cours du Cher : Civray se trouvait donc coupé en deux entre zone occupée (au nord) et zone non-occupée (au sud) ; les barrage-écluses étaient alors des lieux stratégiques.

Ecluse du Cher à Civray de TouraineEcluse du Cher à Civray de TouraineCher à Civray de Touraine en AutomneCher à Civray de TouraineEcluse du Cher à Civray de TouraineCher à Civray de TouraineCher à Civray de TouraineEcluse du Cher à Civray de TouraineEcluse du Cher à Civray de TouraineCher à Civray de TouraineEcluse du Cher à Civray de Touraine

Mis à jour le mercredi 24 juin 2015 10:19

Aller au haut